Décès du père Jules Dion, o.m.i.

Nous apprenons le décès du père Jules Dion, o.m.i., (1928-2017) qui a été missionnaire dans le Grand Nord québécois avec les Inuits pendant presque 60 ans à Quaqtaq (Nunavik), puis à Kangiqsujuaq et Kuujjuaq. Toutes nos condoléances à sa famille et à ceux et celles qu’il a côtoyés dans le Grand Nord.

Voici la notice funéraire paru dans le Journal de Montréal :

Le Père Jules Dion, Oblat de Marie Immaculée, est décédé à la Résidence Notre-Dame de Richelieu, le jour de Noël 25 décembre 2017, à l’âge de 89 ans et huit mois.
Fils de feu Fernand Dion et de feu Marie Sigard, il est né à Virton (Belgique), le 4 avril 1928. Entré dans la Congrégation des Oblats en 1947, il y a fait profession le 8 septembre1948, et a été ordonné prêtre le 25 avril 1954. Il a œuvré dans le grand nord québécois avec les Inuits pendant presque 60 ans à Quaqtaq (Nunavik), puis à Kangiqsujuaq et Kuujjuaq. Il était retraité à Richelieu depuis 2015.
En plus de sa famille religieuse, il laisse dans le deuil son frère feu Jean-Marie, sa sœur Madeleine (feu Ulice Hornard), 3 sœurs décédées en bas âge, des neveux et nièces.

Et quelques photos prises par le frère Jean-Paul Picard, o.m.i., que nous a fait parvenir soeur Raymonde Haché, qui a travaillé dans le Grand Nord auprès des Inuits aussi :

Funérailles, le 6 janvier 2018, à Richelieu

 

Le père Luc Tardif, provincial des Oblats, présidait. Il a invité les Inuits à se réunir et prier autour du cercueil.

 

Et copie du feuillet distribué aux gens présents lors des funérailles.

Traduction du texte en inuktitut :

Père Dion, alors que tu vivais au milieu de nous
Tu nous as aidés de bien des manières
Jamais fatigué semble-t-il, un grand grand merci
Nous ne l’oublierons pas
Du haut du ciel, continue à nous aider.

Non classé