La paix passe par la compréhension mutuelle

Ce message de la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à l’occasion de la Journée internationale de la paix nous apparaît des plus importants pour soutenir notre élan à bâtir un monde juste, solidaire et ouvert, et en particulier en ce qui a trait aux relations avec nos frères et sœurs autochtones. Mission chez nous travaille en ce sens depuis plus de 25 ans. C’est pourquoi nous vous invitons à lire ce message avec attention.

Bonne Journée de la paix à tous et toutes! Et continuons d’entretenir les liens d’amitié qui nous rassemblent.

En 2015, nous célébrons la Journée internationale de la paix en même temps que le 70e anniversaire de l’UNESCO.

Depuis soixante-dix ans, notre message reste le même. C’est dans l’esprit des femmes et des hommes qu’il faut construire la paix, sur le socle des droits fondamentaux et de la dignité, par la coopération dans les domaines de l’éducation, de la science, de la culture ainsi que de la communication et de l’information. La solidarité et le dialogue sont les fondements les plus solides de la paix, guidés par l’égalité, le respect et la compréhension mutuelle.

En ces temps agités, alors que toutes les sociétés connaissent des transformations et que la culture est prise pour cible, ce message n’a jamais revêtu une telle importance. C’est une année charnière pour la communauté internationale, les États étant appelés à définir un nouvel agenda mondial pour le développement durable. Cet agenda se doit de favoriser la paix, à travers des partenariats dans le monde entier et à tous les niveaux de la société.

Aujourd’hui, je crois qu’il appartient à chacun d’entre nous de bâtir un avenir meilleur pour tous, en nous attachant à édifier la paix au quotidien, dans notre propre vie.

La paix est bien plus que l’absence de conflit armé entre les États et au sein d’eux. Ainsi qu’il est clairement ressorti du Congrès international de l’UNESCO sur la paix dans l’esprit des hommes, tenu à Yamoussoukro en 1989, la promotion d’une culture de la paix exige d’instaurer la compréhension mutuelle entre les communautés, les groupes sociaux et les individus. Aujourd’hui plus que jamais, les droits fondamentaux et la dignité doivent être notre point de départ, et le dialogue notre outil le plus efficace. C’est pourquoi l’UNESCO est le fer de lance de la Décennie internationale du rapprochement des cultures (2013-2022), proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies, s’efforçant de promouvoir la richesse que représente la diversité culturelle et d’ouvrir de nouvelles voies de dialogue. C’est ce même état d’esprit qui guide le nouveau Cadre d’action intégré pour l’autonomisation des jeunes au service de l’édification de la paix, dont l’objectif est de doter les jeunes hommes et femmes des savoirs, des compétences et des valeurs qui leur permettront de mener une existence pacifique, constructive et productive, ainsi que d’agir en citoyens du monde responsables.

Aucun État, aussi puissant soit-il, ne peut assurer la paix à lui seul. C’est ensemble, en tant que partenaires, que nous pourrons élever les défenses de la paix dans l’esprit des femmes et des hommes – et en particulier des jeunes – afin de favoriser de nouvelles relations fondées sur l’harmonie et la compassion avec les autres et avec le monde.

Irina Bokova
directrice générale
UNESCO

Source : Site de l’UNESCO, Journée internationale de la paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *