Le diocèse de Whitehorse

Évêque du diocèse : Mgr Héctor Felipe Vila
Nombre de missionnaires à l’œuvre : 29
Religieux, religieuses et prêtres religieux ou diocésains : 24
Diacre : 1
Laïques : 4

Description de la réalité du diocèse
Le diocèse de Whitehorse couvre le territoire du Yukon. Il est bordé au nord-ouest par l’Alaska, au sud-ouest par l’océan Pacifique, à l’est par les Territoires du Nord-Ouest et au sud par la Colombie britannique. La population totale y est de 38 000 habitants. Le territoire a une superficie de plus de 723 500 km2. La ville la plus importante est Whitehorse. On compte 12 paroisses et 8 missions dans le diocèse.

« Le nom Yukon serait d’origine amérindienne et a d’abord été appliqué à la rivière du même nom. Le terme de Yukon provient de Yu-kun-ah, qui signifie « grande rivière ». Il a été noté pour la première fois en 1846 par John Bell (1799-1868), un employé de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui aurait désigné le cours d’eau par ce qu’il croyait être son nom indien.

Quant à la population du Yukon, elle était de 30 195 habitants au recensement de 2001. Les francophones ne représentaient que 3,6 % (1105) de la population, alors que les anglophones constituaient 84,9 % (25 665 hab.). La plupart des francophones vivent dans la région de Whitehorse, soit plus de 80 %. Quant aux autres habitants du territoire, surtout des autochtones, ils formaient 9,5 % (2700 hab.) de la population, mais seulement la moitié des autochtones ont conservé leur langue ancestrale, les autres étant passés à l’anglais. En ce qui concerne la langue parlée à la maison, on dispose des données suivantes: le français est employé par 0,9 % des citoyens, l’anglais, par 97,8 %, toute autre langue, par 1,4 %. C’est donc dire que l’anglais profite avantageusement des transferts linguistiques.

Le Yukon compte huit langues autochtones, toutes appartenant à la famille na-déné (ou athapascane), qui s’étendent de l’Alaska central au nord-ouest du Canada jusqu’à la baie d’Hudson. Sept de ces langues sont issues du groupe athapascan : le gwich’in (ou loucheux), le hän, le kaska, le tutchone du Nord, le tutchone du Sud, le tagish et le tanana supérieur. Quant au tlingit, seule langue du groupe tlingit, il est parlé dans le sud du Yukon. Chacune des langues est rarement parlée par plus de 200 locuteurs. » (site sur le Yukon)

 Lire le texte de Yann Henri sur les francophones au Yukon (en format pdf)

www.whitehorsediocese.com
www.axl.cefan.ulaval.ca