Session « Retour à l’esprit » au diocèse de Baie-Comeau

Source de l’image : Retour à l’Esprit

Nous reprenons textuellement ici un communiqué publié sur le site de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec à propos des ateliers Retour à l’esprit, qui sont susceptibles d’intéresser certains de nos lecteurs et lectrices.

Voir la page Web d’où est tiré le communiqué.


Des femmes autochtones tracent des chemins de réconciliation

Ekuanitshit, 14 août 2018 – Sur la Côte-Nord, du 8 au 11 août, onze femmes ont vécu le premier atelier Retour à l’esprit en français pour autochtones, accompagnées d’une équipe d’animation de trois personnes. Cet atelier marque une étape dans la longue marche vers des relations assainies, basées sur la vérité, la liberté, la justice et l’estime mutuelle. Il a été voulu et appuyé par la communauté innue d’Ekuanitshit (Mingan), et s’est tenu à la maison des hommes. Il a été préparé de longue main par des contacts suivis entre l’organisme Returning to spirit, un comité porteur au Québec et un comité local dont fait partie Marie-Aimée Mestokosho, Père Ali C. Nnaemeka, d’Ekuanitshit, Mingan. Des entités de l’Église catholique et des personnes de Premières Nations y ont consacré temps, argent et énergie.

Marie Aimée Mestokosho étant la coordonnatrice locale, elle avait fait la demande pour que les ateliers se fassent à Ekuanitshit, avec l’aide de Rose-Anne Gosselin, du comité porteur au Québec. Madame Mestokosho  a participé et elle a finalement pu savoir ce qu’est Retour à l’esprit. Après avoir assisté et vécu cette expérience, et elle en sort grandie et elle a déjà hâte à la prochaine étape vers la réconciliation.

Solange Basile, à la question de que dirais-tu à quelqu’un qui n’est pas sûr que cet atelier est pour lui ou pour elle, écrit : « Un des meilleurs ressourcements que j’ai fait… même je pourrais dire le meilleur, avec une approche que je n’ai jamais vue. Ça cherche toute mon histoire, mes blessures, mes incomplétudes pour les guérir (en parler) et à lâcher-prise (pardon). »

Une des plus jeunes participantes, Audrey-Lise, écrit : « Vas-y, tu découvriras pleins de surprise qui va t’aider à avancer dans la vie et ce sainement! Je vous encourage à y aller, vous allez en ressortir gagnant! »

Les ateliers Returning to Spirit sont nés en 2001 après un examen de différends perçus, hérités de l’histoire, en particulier des pensionnats autochtones. Un Anishnabe originaire de Maniwaki et vivant dans les territoires du Nord-Ouest a conçu ce programme en collaboration avec des partenaires. Considérant le succès obtenu, un organisme a été mis sur pied pour assurer une continuité. Il est basé à Winnipeg, au Manitoba et donne des ateliers d’un océan à l’autre. Quelque 3 000 personnes y ont participé à ce jour.

Une vingtaine de personnes québécoises (allochtones) ont participé à un premier atelier de 4 jours à Pierrefonds en janvier 2017. Un autre atelier aura lieu à Uashat du 23 au 26 octobre. Le programme complet comprend, pour chaque personne, un deuxième atelier où les deux groupes – autochtone et allochtone – se rencontrent sur un terrain d’entente. La date et le lieu de cet atelier « de réconciliation » restent à déterminer.

Quatre femmes de communautés de l’espace territorial québécois ont vécu le programme complet (deux ateliers). Deux d’entre elles sont engagées dans la formation pour, à leur tour, animer des ateliers : Lucie Painchaud et Rose-Anne Gosselin. Madame Gosselin a coanimé l’atelier de Mingan; Madame Painchaud coanimera celui de Uashat. Toutes deux étaient aussi en appui à celui de Pierrefonds.

 


Pour manifester son intérêt :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdQcmBaLLQ1yqnk0CNcvKUUUWAdOmCTsTKIOeELTsA2MqeNhQ/viewform

Pour s’inscrire à l’atelier du 23 au 26 octobre sur la Côte Nord : http://www.returningtospirit.org/Participate/detail/id/1824


Pour plus d’informations

Mme Lucie Painchaud
581-989-2351
info@justicereparatricedequebec.org

Information supplémentaire, principalement en anglais, sur le site www.returningtospirit.org


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *