2016 : une année de compassion et d’espoir

La dernière année aura soulevé beaucoup de souffrances parmi nos frères et sœurs autochtones. Pensons à la question des femmes assassinées sur laquelle nos gouvernements hésitent à enquêter. Pensons à la violence subie par les femmes autochtones à Val-d’Or et dans d’autres communautés ailleurs au pays, crimes dénoncés et mis au grand jour en particulier en octobre dernier. Pensons aussi à la tuerie que vient de vivre en début d’année la petite communauté de La Loche, en Saskatchewan, dont la majorité de la population est d’origine amérindienne, de la nation des Dénés.

Toute cette souffrance ne doit pas nous abattre, mais plutôt nous amener à nous lever pour bâtir davantage de solidarité et de fraternité entre nous. Ces souffrances ne sont pas que les leurs. Elles sont nôtres aussi, engendrées qu’elles sont souvent par une société qui privilégie la recherche du profit et des intérêts personnels à la quête du bien commun et de la qualité de vie pour tous et toutes…

L’année 2016 sera une année de miséricorde, comme le souhaite le pape François. Elle devra être une occasion de rapprochement, d’amitié et de fraternité avec nos frères et sœurs de partout. Et à la violence, il faudra opposer la discussion et la paix. Aux jugements à l’emporte-pièce l’écoute et la compréhension. À la peur et à la méfiance le dépassement et le courage. À la haine et au mépris l’accueil et la compassion. Nous n’avons plus besoin d’ériger des murs, dont les fondations sont souvent séculaires, ou de colmater les brèches pour les rendre encore plus étanches : le temps est aux interstices, aux lézardes, à l’ouverture des vannes, à l’entrebâillement des portes… pour laisser entrer plus de lumière dans nos relations mutuelles.

Nous avons besoin de la chaleur de nos rencontres, de porter ensemble les souffrances respectives et mutuelles. À plusieurs, elles sont moins lourdes… Elles deviennent baumes sur nos blessures, puis guérison et tendresse.

Que l’année 2016 nous porte vers l’autre et nous conduise vers la compassion et le partage! Voilà nos souhaits pour l’année qui s’ouvre à nous, cette Année de la miséricorde. « Des cieux nouveaux et une terre nouvelle » (Apocalypse 21, 1) nous attendent…

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur : ce qui était en premier s’en est allé. » (Apocalypse 21, 4)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *