Chauffer le dehors

Recension du livre Chauffer le dehors de Marie-Andrée Gill (Chicoutimi, Éditions La Peuplade, 2019, 99 p.) par Pascal Huot, ethnologue

La poète ilnue Marie-Andrée Gill nous revient avec un troisième recueil : Chauffer le dehors. Ses deux précédents titres, aussi publiés chez La Peuplade, Béante (2012, réédition en 2015) et Frayer (2015) ont été remarqué, et à juste titre, par la critique et ont également été finalistes et récompensés de divers prix.

Ce nouvel opus plonge le lecteur dans la résilience d’une peine d’amour en cours, où l’acceptation et la guérison passent d’abord par l’extérieur avant d’atteindre son intérieur. En façade, tous semblent corrects, mais; « Si vous vous demandez où je suis maintenant, / c’est moi, juste là, avec le sourire forcé d’une / patineuse artistique qui se relève après avoir fini / son triple axel sur le cul » (p. 47). La narratrice chemine dans un quotidien où son amoureux est « là mais pas là » (p. 31). À l’aide de souvenirs de moments heureux qui gossent, elle aurait voulu qu’ils se braconnent encore un peu. Mais la réalité est autre, elle doit affronter la peur d’une possible rencontre fortuite au dépanneur du village avec son homme qui « danse avec les ski-doos » (p. 14)!

Puisque le dedans est trop douloureux, elle avance dans le dehors, et prend littéralement le bois quelque part sur Nitassinan, sur le bord du fjord où il n’y a aucun chemin de tracé. « Je marche dans la forêt dense, / je m’égratigne partout et j’aime ça. Vraiment, / j’aime que mon corps se magane par le / hors-piste, qu’il ait des traces comme des / signes de fierté et d’autonomie, de force et / d’endurance. Dans ces moments-là, je suis / toute là, pas tuable – pas grand-chose / et totale à la fois. / Et ça me sort de ma vase. Plus je me / rapproche de la nature, plus je me sens / digne de sa voix, donc de la mienne » (p. 65-66).

Une poésie actuelle décomplexée et émancipée des stéréotypes de l’autochtonie, où des touches d’humour réussissent à se faufiler dans une douleur palpable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *