Journée nationale des peuples autochtones : reconnaître ce don qu’est l’autre

Le 21 juin, nous célébrons la Journée nationale des peuples autochtones. C’est un moment idéal pour prendre la mesure de l’apport de nos frères et sœurs autochtones à la vie de nos sociétés.

Prenons d’abord conscience des multiples dons provenant des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Don d’une compréhension profonde et intime du territoire et de notre lien vital avec la création. Don d’une façon de vivre le christianisme qui vient nourrir notre propre rapport à la Tradition. Don d’une parole unique, longtemps muselée, et que porte actuellement une production artistique en ébullition.

Cette Journée nationale nous appelle aussi à une véritable rencontre. Pour que celle-ci soit possible, il faut aller vers l’autre avec humilité, consentir à la vulnérabilité. Il faut laisser à l’autre le temps de se dire et accepter de ne prendre la parole qu’une fois l’invitation reçue. Les Européens se sont invités sur les terres d’Amérique et chez des personnes qui avaient un lien millénaire avec ce territoire. Ce premier contact a été forcé, un mode de vie a été imposé. La réparation passe par une main tendue, des oreilles ouvertes et des gestes concrets.

Ensemble, nous célébrons le Christ. Jésus a reçu un don qu’il a fait circuler en prenant le risque de la relation. Jésus a été à l’écoute, acceptant de se laisser déplacer intérieurement par l’autre, sans prétendre savoir d’emblée qui il était, ce qu’il allait dire. Ce faisant, Jésus donnait l’occasion à l’autre de retrouver pouvoir et dignité sur sa vie et son histoire. Voilà la route que le Christ est venu tracer pour nous.

Texte de Mission chez nous publié à l’origine dans le Prions en Église mensuel de juin 2021.

À noter, parmi les activités organisées pour l’occasion :

• D’abord, le spectacle en plein air Le grand solstice, diffusé sur plusieurs plateformes de Radio-Canada, dont sur ICI télé le 21 juin à 20 h, spectacle qui réunira sur une même scène des artistes autochtones de tous les horizons.

• De plus, le 20 juin dernier, Mgr Alain Faubert a célébré une messe au Gesù à Montréal, à l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones. Cette messe organisée par Sainte Kateri au centre-ville fut l’occasion de faire mémoire de Raphaël André, de Joyce Echaquan et des 215 enfants retrouvés récemment sur le territoire de la nation Tk’emlups te Secwépemc. Suivez ce lien pour en savoir davantage sur cette célébration. Elle peut également être visionnée ici.

• Le Conseil autochtone catholique du Canada a publié une prière intitulée Prière pour la tolérance, le pardon et la réconciliation, à l’occasion de la Journée nationale des peuples autochtones. Cette prière peut être téléchargée et lue ici.

•Monseigneur René Guay, évêque du diocèse de Chicoutimi, a écrit cette lettre destinée à la communauté atikamekw d’Opitciwan et à la communauté innue de Mashteuiatsh. À lire ici.

• Enfin, pour connaître les commémorations et les célébrations en ligne proposées à cette occasion dans tout le pays, visiter la section Journée nationale des peuples autochtones du site du Gouvernement du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *