Kuujjuaq : des rencontres prometteuses

En juin 2017, Marilyne et Jonathan, un jeune couple originaire de Québec, ont voulu rencontrer Mission chez nous avant d’entamer une grande aventure. À la suite d’un appel intérieur profond, ils se préparaient à partir en mission avec leurs deux enfants à Kuujjuaq. Nous n’avons pas tardé à leur offrir notre appui.

Partager une expérience

Aussi, ils n’ont pas hésité à accepter notre demande, et nous les en remercions grandement  : celle de bien vouloir partager à l’occasion avec nos lecteurs et lectrices leur expérience concrète durant leur séjour à Kuujjuaq : adaptation, insertion dans la communauté, difficultés, élans, découvertes, rencontres, solidarités, etc. Aujourd’hui, nous sommes donc très excités de publier de leurs nouvelles.

Soutenir leur engagement

Nous vous encourageons donc à revenir de temps en temps sur notre site Web pour prendre de leurs nouvelles. Ils seront très heureux de lire vos commentaires au bas de la page. Aussi, n’hésitez pas à leur manifester votre soutien et votre solidarité.

Leur sixième lettre nous livre leur réflexion après avoir vécu plus de deux ans à Kuujjuaq. La voici donc.

Kuujjuaq, 2 octobre 2019

Bonjour à vous, chers lecteurs et lectrices !

Nous profitons de cette matinée d’octobre pour vous envoyer quelques nouvelles de la Mission de Kuujjuaq !

Alors que, pour le prochain mois, toute notre famille est dans le sud de la province en vue de la naissance imminente de notre petit troisième, la vie à la Mission continue de foisonner : l’animation des célébrations du dimanche est assurée par différents membres de la communauté, la chorale recommence ses pratiques hebdomadaires et les métiers à tisser fonctionnent à bon train ! Ce début d’année est très stimulant et prometteur.

Au cœur de tout ce mouvement de vie, de nouvelles rencontres ont lieu et ouvrent doucement de nouveaux horizons qui font naître en nous beaucoup d’espoir. En avril dernier, la Mission acceptait l’invitation à se joindre au Comité régional regroupant divers partenaires dans le soutien et le service aux jeunes et aux familles du Nunavik. La Mission a accueilli cette invitation avec beaucoup de reconnaissance. Je me suis donc rendue à Kuujjuaraapik du 8 au 11 avril dernier, au nom de la Mission. Ce fut l’occasion de rencontrer plusieurs personnes et de découvrir différents organismes œuvrant dans la région du Nunavik auprès des jeunes et des familles. J’ai pu écouter des Inuits parler de leur réalité, de leurs aspirations et de leurs défis. Cela permet peu à peu d’acquérir une meilleure compréhension du contexte de la Mission, d’être davantage en réseau avec les différents acteurs du milieu. Éventuellement, qui sait?, peut-être cela ouvrira-t-il de nouveaux appels pour la Mission. À suivre…

Mais déjà, la participation à cette réunion nous conduit sur de nouveaux chemins, s’ouvrant lentement au fil des rencontres vécues. Parmi celles-ci, il y a eu Benjamin Arreak, qui est pasteur anglican retraité, mais toujours actif dans la communauté anglicane de Kuujjuaq. Au mois d’août dernier, nous nous sommes retrouvés voisins dans la file d’attente du Newviq’vi, le marché général du village. Après avoir échangé quelques nouvelles, il m’informe de la présence d’une nouvelle pasteure dans la communauté et il m’invite à aller la rencontrer. Quelle belle invitation ! Je suis donc allée la rencontrer. Quelle joie ! Autour d’une bonne tasse de thé, Annie et moi avons fait connaissance. Cette rencontre fut empreinte de simplicité, d’ouverture, et de fraternité… Nous avons pu reconnaître à l’œuvre, entre nous, un désir commun de créer davantage de ponts entre nos communautés et de travailler davantage ensemble. N’est-ce pas cela, reconnaître l’Esprit agissant dans notre vie et au cœur du monde ? En vous écrivant cela, j’ai l’impression que nous touchons au cœur de la Mission : être au service de la réconciliation entre les peuples. C’est tout plein d’espoir ; celui de voir naître tout doucement des relations plus justes et fraternelles.

Nous vous invitons à porter cela dans vos prières, avec nous. Et pourquoi ne pas profiter de la publication du rapport Viens pour nous conscientiser et nous mobiliser davantage dans ce grand chantier ? C’est à nous tous, et ensemble, de nous engager sur les chemins qui nous appellent à la réconciliation.

Demeurons unis dans cette grande « mission chez nous ». 😉

Marilyne

Bonne continuation, Marilyne, Jonathan, Alexis et Nicolas ! Nous pensons à vous. En toute solidarité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *