Séjour mémorable à Kitcisakik

Rudy Papatie, les bras grands ouverts | Photo : Mathieu Lavigne

En août dernier, Mathieu Lavigne, le directeur de Mission chez nous a vécu quelques jours dans la communauté anishinabe de Kitcisakik, spécialement sur la presqu’île du Grand lac Victoria : une rencontre inoubliable avec sœur Renelle Lasalle, missionnaire sur place depuis 12 ans qui avait lancé l’invitation, mais surtout avec quelques membres de cette communauté autochtone aux bras grands ouverts. Récit sommaire d’un séjour mémorable.

Texte de Mission chez nous

Du 18 au 21 août dernier, le directeur de Mission chez nous a eu la chance d’effectuer un séjour à Kitcisakik et de rencontrer plusieurs membres de la communauté autochtone anishinabe. Mathieu Lavigne s’y est rendu en compagnie de Catherine Ego, traductrice et bénévole au Centre de services de justice réparatrice, à l’invitation de sœur Renelle Lasalle, ss.cc.j.m., missionnaire dans les communautés de Kitcisakik et de Lac-Simon depuis 12 ans.

Cette rencontre, qui se voulait amicale, a eu lieu sur la presqu’île du Grand lac Victoria, située dans la réserve faunique La Vérendrye, lieu de résidence estival traditionnel de la communauté de Kitcisakik, dont une vingtaine de membres étaient présents sur place durant le séjour. Précisons que la majorité des membres de la communauté ne vit plus dans ce village traditionnel, où se dressent encore quelques dizaines de maisons en bois rond, mais que seuls quelques familles et aînés y passent encore l’été.

Le séjour du directeur a été ponctué de rencontres mémorables, surtout avec des aînés justement, dont en particulier Mme Monique Papatie, véritable âme du lieu, et sans qui la possibilité de maintenir une présence sur cette presqu’île serait particulièrement fragile. L’accueil y a toujours été des plus chaleureux, voire même bouleversant, tant il a été marqué. Bien sûr, certaines de ces rencontres enrichissantes n’ont pu se tenir sans que soient abordées les difficiles questions des pensionnats autochtones. Toujours, elles ont été menées dans le respect, l’authenticité et l’écoute mutuelle.

Ces quatre jours bien remplis ont aussi été l’occasion pour les visiteurs issus de la ville de voir l’église de la Mission Sainte-Clotilde-du-Grand-Lac, construite en 1863 et dont la rénovation, comme celle du presbytère, a été en partie rendue possible grâce au soutien financier de Mission chez nous, de rencontrer le cinéaste Kevin Papatie, de participer à plusieurs repas communautaires – où la banique, l’orignal et le doré ont été au menu –, d’aller à la pêche au filet, d’assister à une réunion sur l’avenir de la presqu’île, d’offrir de l’aide pour fermer le presbytère et la salle de pastorale pour la saison hivernale… et de vivre une soirée de jeux de cartes mémorable avec quelques résidents où le rire et la taquinerie bienveillante ont été au rendez-vous.

Toutes ces rencontres et activités ont permis à Catherine et à Mathieu, venus au nom de l’organisme Mission chez nous, de prendre conscience des nombreux défis et enjeux de la communauté autochtone de Kitcisakik et de la véritable complexité du milieu. Ils adressent un merci particulier à sœur Renelle Lasalle qui a rendu possible ce séjour hors du commun et à Mme Monique Papatie pour son hospitalité des plus généreuse. Enfin, Mathieu et Catherine tiennent de nouveau à souligner l’accueil exceptionnel que la communauté de la presqu’île a manifesté à leur égard. Ces moments marquants sont gravés à jamais dans leur cœur.

Et vous aurez sûrement l’occasion d’en entendre parler de nouveau dans les prochains mois…

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *