L’esprit de Noël à Pessamit

Père Gérard Boudreault, o.m.i., à Pessamit | Photo : Courtoisie

Le père Gérard Boudreault, o.m.i., qui demeure depuis des années auprès des Innus, nous relate les moments uniques qu’il a vécus à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An, en particulier dans le village de Pessamit. Des souvenirs qui nous font voir la beauté de l’engagement des gens dans leur communauté et de la chaleur fraternelle échangée.

Comme je suis en milieu innu depuis maintenant 33 ans, j’ai donc vécu autant de beaux temps de Noël avec eux. Chaque communauté où j’ai séjourné a sa tradition de Noël et du Nouvel An qui lui est propre. Seulement ici, à Pessamit, en tenant compte des deux périodes différentes où j’y ai habité, j’ai vécu 14 Noëls avec eux.

Pour apporter une note historique, rappelons-nous que la présence des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée remonte à 1862, c’est-à-dire au tout début du village de Pessamit (Betsiamites), mais avec une interruption de 1910 à 1945 pour laisser la place aux pères Eudistes.

Vitrail de la Vierge et l’enfant à l’arrière de l’église | Photo : Serge Jauvin

Depuis tout ce temps, plusieurs traditions se sont instaurées dans nos relations avec les Innus de Pessamit, dont la grande fête du 15 août – L’Assomption – et sa procession de la Vierge Marie qui se poursuit toujours.

Alors que nous sommes à l’hiver 2021, ces temps de Noël vécus avec la communauté de Pessamit me remontent à la mémoire.

Quel plaisir c’est alors de collaborer avec les personnes engagées dans la communauté, en particulier pour instaurer, hiver après hiver, l’esprit de Noël dans nos lieux de rencontres comme à l’église et au presbytère.

Je pense en premier à l’église avec sa crèche. J’admire ces personnes qui, depuis de nombreuses années, mettent à l’œuvre leur imagination et leur talent pour construire ce lieu où reposera l’enfant Jésus avec ses parents Marie et Joseph. Au début de mon séjour, la crèche revêtait un mode plus traditionnel, car on reproduisait la crèche dans un décor du temps de la naissance de Jésus. Mais avec la renaissance, chez les Innus, de la volonté de se réapproprier leur culture, nous avons vu apparaître une tente sous laquelle sont maintenant placés les personnages, illustrant ainsi que le « Christ est amérindien », comme le titre du livre du père Achiel Peelman. Comme prêtre, cette transformation m’a vraiment permis d’ajouter aussi une couleur autochtone dans les célébrations et les homélies, pour qu’elles correspondent encore plus au vécu des Innus.

Ensuite, je me rappelle une tradition qui n’existe nulle part ailleurs dans les autres communautés innues, et qui se passait au presbytère. Mais depuis quelques années, cette tradition a changé de place et se vit à l’église auprès de la crèche.

Crèche de Noël à l’église de Pessamit | Photo : Gérard Boudreault

Il s’agit de la bénédiction et des souhaits du Nouvel An. Après avoir vécu les célébrations du Nouvel An à l’église et partagé le repas familial du midi, les familles se mettent en marche et s’empressent d’aller transmettre leurs souhaits à leurs proches, et font un arrêt obligatoire au presbytère où se sont réunis le Chef et sa femme avec tous les conseillers, toutes les conseillères et le prêtre.

Pour ma part, il n’y a pas de meilleure occasion de rencontrer les familles une à une, de découvrir certains liens familiaux que je n’avais pas encore détectés, de les bénir et de leur offrir les souhaits que le Seigneur a pour chacun d’eux. Ces rencontres m’ont montré une grande valeur de la culture innue : la famille, et aussi que le prêtre fait partie de chacune d’elles. C’est une grande responsabilité, car tant dans les bons moments que dans les moments plus difficiles, je suis avec eux. Les événements du dernier été à Kamloops et ailleurs au pays où on a découvert des tombes anonymes me l’ont bien fait vivre, et de façon redoublée, car je ressentais leur douleur tout comme celle de l’Église.

Je me souviens également du premier conseil que j’ai reçu d’un vieux missionnaire lors de mon arrivée dans le monde innu. Il m’a dit : « Aime-les, et ils vont t’aimer. »

Que cet esprit de Noël soit encore présent en cette fin d’année 2021 et en ce début de 2022 que je souhaite pleins de joie et de paix.

9 Commentaires

  1. Magnifique, ce que tu as écrit, cher cousin!!

    Bonne continuation!

    Par ailleurs, je te souhaite et je souhaite à toute la communauté, de Joyeuses fêtes!

    Ta cousine Claire, xx

  2. Je suis heureux de voir que mon petit cousin Gérard est heureux parmi les Innus et qu’il poursuit sa mission. J’aime te suivre même si ça fait longtemps que je t’ai vu. Je veux te revoir un jour parmi ta communauté.

  3. Merci Père Gérard pour ce témoignage. Je salue au passage Marianne et toutes les personnes dévouées auprès des jeunes
    . Bon Noël à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.